Qualité de l’air et ventilation

Mesures du CO₂ dans les établissements scolaires

2021-2022

 À venir.

 

2020-2021

1 – Contexte  |  2 – Plan d’action  |  3- Foire aux questions  |  4 – Résultats des mesures par établissement

En savoir plus

Chargeur En cours de chargement…
Logo EAD Cela prend trop de temps ?

Recharger Recharger le document
| Ouvert Ouvrir dans un nouvel onglet

 

1 – Contexte

Le gouvernement du Québec a rendu public le 8 janvier 2021 le rapport du groupe d’experts scientifiques et techniques sur la Ventilation et transmission de la COVID‑19 en milieu scolaire et en milieu de soins.

Ce rapport met en perspective l’importance de maintenir un bon apport d’air frais dans les milieux intérieurs afin de diluer les aérosols émis par les personnes et qui sont susceptibles de contenir le virus SARS-CoV-2, le virus à l’origine de l’actuelle pandémie de COVID‑19. Selon le type de bâtiment, cet apport s’effectue grâce à la ventilation naturelle par fenêtres, à la ventilation mécanique ou à une combinaison des deux.

La mesure de la concentration de CO₂ dans les salles de classes d’un établissement scolaire est un excellent indicateur de l’apport d’air frais dans un espace intérieur puisque le CO₂ est émis par ses occupants. Ces tests viennent donc déterminer si des actions correctives sont nécessaires pour augmenter le renouvellement de l’air dans un local de classe. Les concentrations de CO₂ généralement rencontrées dans les locaux de classes ne présentent pas de risque direct sur la santé des occupants. Le ministère de l’Éducation (MÉQ) mentionne que les concentrations de CO₂ en deçà de 1 500 parties par million (ppm) sont acceptables. Cependant le MÉQ vise une cible égale ou inférieure à 1 000 ppm.

2 – Plan d’action

Ayant à cœur de contribuer au développement et au maintien d’un environnement sain et sécuritaire pour chaque individu, le Service des ressources matérielles (SRM)  du CSS des Patriotes (CSSP)  a suivi de façon rigoureuse les directives sanitaires édictées par le MÉQ, notamment concernant l’état de la qualité de l’air. C’est ainsi que plusieurs actions ont été planifiées et menées en vue d’obtenir un portrait juste et exact de cet état et de l’améliorer, le cas échéant.

2.1 – Ventilation

La ventilation adéquate dans les établissements a toujours été une préoccupation qui a donné lieu au CSSP à plusieurs conseils et directives par le passé. Avec l’apparition de la pandémie de COVID-19, le maintien des meilleures pratiques prescrites est plus que jamais primordial afin d’assurer, collectivement, un maximum de circulation d’air dans les différents locaux des établissements, et ce  pour la santé, la sécurité, le bien-être et le confort de tous les occupants.

Que le bâtiment soit équipé d’un système de ventilation mécanique centralisé ou uniquement de fenêtres ouvrantes, l’application d’une ventilation efficace constitue une recommandation d’usage des organismes compétents pour extraire les contaminants de l’air intérieur et assurer leur dilution par un apport d’air provenant de l’extérieur. Une ventilation naturelle bien gérée contribue ainsi à une qualité de l’air intérieure optimale.

Dans le cas des établissements disposant d’une ventilation mécanique, le SRM s’est assuré de son bon fonctionnement et de son efficacité.

Pour les établissements ventilés naturellement, et en vue d’optimiser l’apport d’air frais extérieur, une campagne de sensibilisation « Ici je change d’air » a ainsi été réalisée auprès des équipes-écoles concernées ,et ce par l’entremise de rappels des directives édictées par le MÉQ. Dans un deuxième temps, des affiches apposées dans les classes ventilées naturellement rappellent et précisent les procédures à appliquer quotidiennement par l’ensemble du personnel.

L’ouverture des fenêtres et des portes est appliquée en complément aux mesures sanitaires en vigueur (équipement de protection individuelle, cloisons de plexiglass, distanciation sociale, etc.) telles que recommandées dans le rapport sur la Ventilation et transmission de la COVID-19 en milieu scolaire et en milieu de soins.

2.2 – Prise de mesures de concentrations de dioxyde de carbone CO2

L’opération d’échantillonnage des concentrations de CO₂ dans les écoles et centres s’est déroulée en suivant le protocole de mesures définies dans la Note technique pour la mesure de dioxyde de carbone dans les bâtiments du réseau de l’éducation.  Cette prise de mesures, complémentaire à la phase 1 de novembre 2020, s’est effectuée du 25 janvier au 15 mars 2021 dans l’ensemble des établissements du CSS des Patriotes.

Quatre à dix locaux de classes représentatifs de l’ensemble du bâtiment ont été sélectionnés. Pour chacun de ces locaux, les concentrations de CO₂ ont été mesurées à trois reprises durant une période de cours. Avant le début du cours, au milieu du cours et avant la fin du cours. La donnée soulignée en jaune dans les formulaires de résultats représente la 3e mesure.

En fonction des résultats, le Service des ressources matérielles  et la direction d’établissement devront apporter le type de suivi prévu selon les barèmes suivants:

Taux mesuré Délai d’action Type de suivi
Moins de 1 000 ppm
(concentration cible)
Aucune action à prendre Aucun suivi
De 1 000 à 1 500 ppm
(concentration acceptable)
Dans les meilleurs délais Reprendre une mesure après l’action corrective
De 1 500 à 2 000 ppm
(concentration non souhaitable)
Rapidement (1 mois) Reprendre une mesure après l’action corrective
Plus de 2 000 ppm
(concentration non souhaitable – suivi requis)
Immédiat (1 semaine)
  1. Reprendre une mesure:
    après l’action corrective;
  2. Une à deux semaines après l’action corrective;
  3. Quatre à six semaines après l’action corrective.

 

Tous les résultats sont transmis au MÉQ et disponibles sur csp.ca sous la rubrique des Grands projets.

Mesures des concentrations de CO₂ dans les écoles
262 classes | 77% 75 classes | 22% 2 classes | 0,6 % 0 classe | 0 %
Taux mesuré :
Moins de 1 000 ppm
Taux mesuré :
1 000 à 1 500 ppm
Taux mesuré :
De 1 500 à 2 000 ppm
Taux mesuré :
Plus de 2 000 ppm

Ce graphique récapitulatif de la 3e mesure de la journée permet de vérifier l’efficacité de la Directive d’ouverture des fenêtres (lorsqu’applicable).

 

Foire aux questions

Pourquoi mesurer le CO₂ ?

Le rapport du groupe d’experts scientifiques et techniques sur la Ventilation et transmission de la COVID-19 en milieu scolaire et en milieu de soins publié le 8 janvier 2021 par le ministère de la Santé et des Services sociaux mentionne que l’observation de la concentration de CO₂ dans un environnement intérieur est un bon indicateur pour déterminer si l’apport d’air frais est suffisant pour le bien-être des occupants.

Les concentrations de CO₂ généralement mesurées dans des locaux, tels que des classes d’écoles, ne présentent pas de risques directs sur la santé des occupants, mais peuvent suggérer la nécessité d’améliorer la ventilation dans les locaux concernés. En effet, une ventilation insuffisante de ces milieux peut avoir un impact sur la productivité des élèves. Un déficit de ventilation, c’est-à-dire à des taux en deçà des prescriptions minimales édictées par règlement ou standard, peut également se traduire en une accumulation de certains contaminants de l’air intérieur.

Combien de mesures de concentrations de CO₂ sont prises par local ?

Pour chacune des classes désignées (4 à 10 par établissement), les concentrations de CO₂ sont mesurées à trois reprises durant une période de cours. Avant le début du cours, au milieu du cours et avant la fin du cours. Il a également été demandé aux responsables de la mesure d’ouvrir la fenêtre pendant 20 minutes avant de prendre la troisième mesure dans les classes ventilées naturellement.

Pourquoi ouvrir les fenêtres ?

En période de pandémie, que le bâtiment soit équipé d’un système de ventilation mécanique centralisé ou uniquement de fenêtres, l’application d’une ventilation optimisée constitue une recommandation d’usage des organismes compétents pour extraire les contaminants de l’air intérieur et assurer leur dilution par un apport d’air provenant de l’extérieur.

Certaines bonnes pratiques sont alors de mise afin d’assurer un maximum de circulation d’air dans les différents locaux d’un établissement, notamment l’ouverture des fenêtres en continu, si possible, ou lors des récréations, du dîner et en fin de journée. L’ouverture de la porte de la classe et du vasistas (s’il y a lieu) est également de mise. Ces mesures sont encore plus efficaces lorsqu’elles sont réalisées dans toutes les classes au même moment puisque cela favorise une circulation d’air de part et d’autre du bâtiment.

Quelles sont les pratiques les plus efficaces en matière d’ouverture des fenêtres à utiliser quotidiennement ?

Une ventilation naturelle bien gérée contribue à une qualité de l’air intérieure optimale.

La ventilation naturelle n’est pas quelque chose de statique, mais peut varier en fonction des circonstances et de l’occupation des locaux au cours des différentes périodes de la journée.

Pour les établissements ventilés mécaniquement dotés de fenêtres ouvrantes

Il est recommandé, dans le contexte de la pandémie de COVID-19 seulement, d’ouvrir fréquemment les fenêtres afin de maximiser les échanges d’air avec l’extérieur.

Pour les établissements ventilés naturellement

Afin d’assurer une ventilation naturelle et adéquate, il est primordial d’ouvrir :

  • Les vasistas (petite fenêtre située au-dessus des portes de classe) au maximum le jour et la nuit;
  • Les portes des classes lorsque c’est possible;
  • Les fenêtres et les portes de classe de 10 à 15 minutes minimum une fois le matin et une l’après-midi (pauses ou récréations) ainsi que sur l’heure du dîner;
  • La dernière fenêtre du fond de la classe de 5 cm pendant les cours si la température le permet;
  • Les fenêtres de 5 à 10 minutes avant de quitter la salle de classe en fin de journée et de les refermer.

Comme les fenêtres ne doivent pas demeurer ouvertes la nuit, surtout par temps froid ou par intempérie, chaque établissement a désigné une personne chargée de vérifier que tous les usagers ont fermé et verrouillé l’ensemble des fenêtres en fin de journée.

Comment assurer une bonne ventilation dans les locaux qui n’ont pas de fenêtres ouvrantes ?

D’abord, il est important de mentionner que tous les locaux de classes qui n’ont pas de fenêtres ouvrantes sont ventilés par un système mécanique. Tous les systèmes mécaniques sont reliés à un système de télégestion centralisé qui permet un suivi constant de la performance des systèmes. De plus, les systèmes de ventilation font l’objet, en continu, de vérifications et d’entretiens curatifs et préventifs par des équipes spécialisées.

L’ouverture des portes des locaux et la vérification que les grilles de ventilation soient dégagées de toutes obstructions (objets, mobiliers, etc.) sont des bonnes pratiques complémentaires à appliquer dans ce type de locaux.

Pourquoi certaines écoles ont des mesures de CO₂ dans 10 locaux alors que dans d’autres, il n’y a eu que quatre locaux mesurés?

La directive du ministère de l’Éducation demande de procéder à des mesures de CO₂ par un échantillonnage exhaustif de chaque type de classe pour chaque bâtiment scolaire, en suivant le protocole de mesure défini dans la Note technique pour la mesure du dioxyde de carbone dans les bâtiments du réseau de l’éducation (entre 4 à 10 classes). Certaines écoles ont une plus grande variété de types de classes, ce qui requiert ainsi un plus grand échantillonnage.

Le type de classe fait référence à la configuration des classes (orientation par rapport au vent et au soleil, l’étage sur lequel elle se trouve, nombre de fenêtres, type de ventilation, etc.) et aux occupants de la classe (niveau scolaire, nombre d’occupants, etc.). Les classes échantillonnées représentent le portrait global de l’école.

Quelles sont les concentrations en CO₂ moyennes à l’extérieur?

À l’état naturel à l’extérieur, les concentrations du CO₂ se situent entre 350 et 450 ppm. Étant donné que toutes les formes de vie qui respirent émettent du CO₂ à chaque expiration, dans un milieu intérieur, on doit s’attendre à ce que les concentrations de CO₂ soient supérieures à ce qu’on observe à l’extérieur.

Résultats des mesures par établissement

Écoles primaires

Beloeil
École au Cœur-des-Monts
École Jolivent
École Le Petit-Bonheur
École Le Tournesol
École Saint-Mathieu

Boucherville
École Antoine-Girouard
École De La Broquerie
École Les Jeunes Découvreurs
École Louis-Hippolyte-Lafontaine
École Père-Marquette
École Paul-VI
École Pierre-Boucher

Carignan
École Carignan-Salières
École du Parchemin

Chambly
École De Bourgogne
École de la Passerelle
École De Salaberry
École Jacques-De Chambly
École Madeleine-Brousseau
École Sainte-Marie

Contrecoeur
École des Coeurs-Vaillants
École Mère-Marie-Rose

McMasterville
École La Farandole

Mont-Saint-Hilaire
École Au-Fil-de-l’Eau — Desrochers
École Au-Fil-de-l’Eau — Hertel
École de la Pommeraie | Reprise
École de l’Aquarelle
École Paul-Émile-Borduas

Otterburn Park
École Notre-Dame 1
École Notre-Dame 2

Saint-Amable
École de l’Envolée
École de l’Odyssée | Reprise
École Le Rocher
École Le Sablier

Saint-Antoine-sur-Richelieu
École Georges-Étienne-Cartier

Saint-Basile-le-Grand
École de la Chanterelle
École de la Mosaïque
École Jacques-Rocheleau–Saint-Basile
École Jacques-Rocheleau–Saint-Basile (pavillon Saint-Basile)

Saint-Bruno-de-Montarville
École Albert-Schweitzer
École De Montarville
École Monseigneur-Gilles-Gervais | Reprise

Saint-Charles-sur-Richelieu
École Saint-Charles

Saint-Denis-sur-Richelieu
École Saint-Denis

Saint-Jean-Baptiste
École de l’Amitié

Saint-Marc-sur-Richelieu
École des Trois-Temps

Sainte-Julie
École Arc-en-ciel
École Aux-Quatre-Vents
École du Grand-Chêne
École Du Moulin
École du Tourne-Vent
École L’Arpège
École Le Rucher | Reprise

Varennes
École de la Source
École du Carrousel
École J.-P.-Labarre
École La Roseraie
École les Marguerite

Verchères
École Ludger-Duvernay

Écoles secondaires

Formation générale des adultes et formation professionnelle

En savoir plus

Ventilation et transmission de la COVID-19 en milieu scolaire et en milieu de soins